Coronavirus ! Tout savoir sur ce nouveau virus qui angoisse le monde.

0
146

Coronavirus !
Tout savoir sur ce nouveau virus qui angoisse le monde.

image coronavirus

Les coronavirus font partie d’une famille de virus susceptibles d’être à l’origine d’un large éventail de maladies. Chez l’homme, ces maladies vont du rhume banal à une infection pulmonaire sévère, responsable d’une détresse respiratoire aiguë.

Deux coronavirus ont entraîné des épidémies graves chez l’Homme : le SRAS responsable d’une épidémie mondiale entre novembre 2002 et juillet 2003 et le Mers-CoV identifié pour la première fois en 2012 au Moyen-Orient. Début janvier 2020, les autorités sanitaires chinoises et l’OMS ont annoncé la découverte d’un nouveau coronavirus (COVID-19) en lien avec des cas groupés de pneumopathies.
Tour d’horizon des questions les plus fréquemment posées :

Qu’est-ce que le coronavirus COVID-19 ?

Les Coronavirus sont une grande famille de virus, qui provoquent des maladies allant d’un simple rhume (certains virus saisonniers sont des Coronavirus) à des pathologies plus sévères comme le MERS-COV ou le SRAS.
Le virus identifié en janvier 2020 en Chine est un nouveau Coronavirus. La maladie provoquée par ce Coronavirus a été nommée COVID-19 par l’Organisation mondiale de la Santé – OMS, voici une carte interactive directe des foyers de l’épidémie.

D’où vient le coronavirus COVID-19 ?

Baptisé 2019-nCoV, il a été découvert pour la première fois en Chine dans la ville de Wuhan, capitale de la province du Hubei. Les autorités chinoises ont identifié un point commun aux premières personnes infectées : toutes travaillaient ou avaient fréquemment visité le Huanan Seafood Market, un marché de poissons et de fruits de mer où étaient également vendus pour être mangés des animaux vivants dont des mammifères sauvages.

Selon Santé publique France, cela indiquerait que la source de contamination est d’origine animale.
En comparaison, on a trouvé que les autres types de coronavirus à l’origine des épidémies de syndrome respiratoire aigu sévère (SRAS) en 2002-2003 et de syndrome respiratoire du Moyen-Orient (MERS) en 2012 provenaient de la chauve-souris « animal réservoir », c’est-à-dire que l’animal peut héberger un virus sans être malade et peut le transmettre à d’autres espèces, en l’occurrence à la civette palmiste masquée (petit mammifère consommé en Chine) et au dromadaire (hôtes intermédiaires).
phase-corona-virusDans le cas du COVID-19, la chauve-souris est le principal animal pointé du doigt : selon une récente étude, les génomes de ce virus et de ceux qui circulent chez cet animal sont identiques à 96 %. Mais le virus de chauve-souris n’étant pas équipé pour se fixer sur les récepteurs humains, il est sans doute passé par une autre espèce pour s’adapter à l’homme.

L’identité de l’animal intermédiaire a fait l’objet de plusieurs recherches depuis l’apparition de l’épidémie. L’hypothèse du serpent balayée, le Pangolin est ensuite présenté comme un « un possible hôte intermédiaire » par l’Université d’agriculture.

Selon l’agence étatique « Chine nouvelle », les analyses génétiques du virus prélevé sur les pangolins et les Hommes étaient à 99 % identiques. Toutefois, ces résultats restent insuffisants pour des scientifiques britanniques car les analyses prouvant l’implication du pangolin n’ont pas été publiées dans une revue scientifique, le critère indispensable pour accréditer cette hypothèse. De plus, on ne sait pas si le pangolin faisait partie des animaux vendus sur le marché de Wuhan.

pangolin-

Quels sont les symptômes du Coronavirus COVID-19 ?

Les symptômes décrits évoquent principalement une infection respiratoire fébrile. Certains cas présentent également des difficultés respiratoires de type toux et ou essoufflement et des anomalies pulmonaires.

D’une manière générale pour les infections à coronavirus, dans les cas plus sévères, le patient peut être victime d’un syndrome de détresse respiratoire aigu, d’une insuffisance rénale aiguë, voire d’une défaillance multi-viscérale pouvant entraîner un décès.

Quels sont les modes de transmission du virus ?

A l’origine, d’après les autorités chinoises, la majorité des premières personnes malades s’étaient rendues sur le marché de Wuhan (fermé depuis le 1er janvier 2020) ; l’hypothèse d’une maladie transmise par les animaux est donc privilégiée. La contamination interhumaine est avérée.
Une fois que le virus est présent dans le corps humain, La maladie se transmet par les postillons projetés lors des éternuements ou la toux. La transmission de la maladie nécessite donc un contact étroit avec la personne porteuse du virus (même lieu de vie ou de travail, contact direct à moins d’un mètre lors d’une toux, d’un éternuement ou une discussion en l’absence de mesures de protection). Le contact des mains non lavées est un des modes de transmission le plus important.

Quelles actions en cas de suspicion d’infection ?

En cas de symptômes suspects, il est recommandé de contacter le Samu (15) pour éviter de se rendre directement chez un médecin ou dans un service d’urgence et par conséquent éviter toute potentielle contamination dans les salles d’attente. Ici à Marseille, les patients potentiellement infectés sont pris en charge au centre hospitalier universitaire la Timone.

Quel est le délai d’incubation du corona virus COVID-19 ?

Le délai d’incubation, période entre la contamination et l’apparition des premiers symptômes, du Coronavirus COVID-19 est en moyenne de 6 jours en général, délai pouvant aller jusqu’à 14 jours. Pendant cette période le sujet peut être contagieux.

Quelle est la durée pour établir un diagnostic COVID-19 ?

Les tests diagnostic du Coronavirus COVID-19 sont effectués dans tous les établissements de santé de références.
Le test est réalisé uniquement en cas de suspicion de la maladie, validée par le SAMU et par un infectiologue référent. Il s’agit d’un test de biologie spécifique du Coronavirus COVID-19. Le délai pour avoir un résultat est entre trois et cinq heures.

Le coronavirus COVID-19 est-il mortel ?

Au 06 mars 2020, L’épidémie de coronavirus continue de faire des malades dans le monde, dont en France où plusieurs départements d’Ile-de-France, du Grand Est sont désormais touchés. Actuellement, près de 99 000 malades sont recensés dans 83 pays et 3 346 personnes sont décédées. La France est toujours en stade 2 de l’épidémie avec plusieurs cas groupés répartis sur le territoire : 423 sont confirmés au 6 mars, soit 138 de plus que la veille. Parmi les victimes, 7 sont décédées (6 hommes et 1 femme).

Le virus peut donc être mortel, mais ce risque semble surtout concerner les populations fragiles, comme les personnes âgées ou les individus présentant des comorbidités. On a très peu d’informations, mais les victimes avaient sûrement des antécédents médicaux, comme un diabète ou autres. La symptomatologie des coronavirus est souvent bénigne, mais chez les personnes à risque, elle peut engager le pronostic vital.

Quels sont les cas de décès en France à cause du COVID-19 ?

Toujours au 06 Mars 2020, Sept décès ont été confirmés par le gouvernement français liés au coronavirus, six sont identifiés :

  • Un patient chinois de 80 ans le 14 février à Paris,
  • Dans l’Oise, un enseignant français de 60 ans le 26 février,
  • Lundi 2 mars, une femme de 89 ans hospitalisée et décédée à Compiègne et testée positive au coronavirus après le décès.
  • Mardi 3 mars 2020, la Direction générale de la Santé annonce un quatrième décès dans le Morbihan : il s’agit d’un homme âgé de 92 ans.
  • jeudi 5 mars 2020, le ministère des Solidarités et de la Santé ont annoncé deux décès supplémentaires : une personne de 73 ans originaire de l’Oise et une autre de 64 ans originaire de l’Aisne.

Le nombre de décès du Coronavirus par pays au vendredi 6 mars à 11h30.

nombre-de-morts-corona-virus

Que veulent dire les stades 1, 2 et 3 de l’épidémie ?

Il y a trois stades de gestion de l’épidémie de coronavirus en France. La France est actuellement en stade 2. Voici ci-dessous une description des trois stades.

Stade 1 : Freiner l’introduction du virus sur le territoire national.
Il se traduit par la mise en alerte du système de santé et des professionnels. Mobilisation des moyens pour isoler les malades, les détecter rapidement, contrôles au retour des zones infectées.

Stade 2 : empêcher que le virus ne circule activement sur le territoire.
Le virus ne vient plus seulement de Chine et d’Italie. Il circule au sein de plusieurs regroupements de cas en région comme dans l’Oise. Il n’y a plus de quatorzaine pour les personnes revenant d’une zone à risque mais des mesures de réduction sociale. Toutefois,La quatorzaine est  maintenue pour les cas contacts à haut risque. Plusieurs mesures strictes sont prises comme la fermeture d’écoles, l’annulation d’événements rassemblant plus de 5000 personnes… Il y a un déclenchement d’une deuxième ligne d’établissements de santé pouvant accueillir les malades du coronavirus. On est passé de 38 à 138.

Stade 3 : le virus circule largement dans la population.
Le stade 3 ou stade épidémique correspond à une circulation active du virus. La stratégie repose alors sur l’atténuation des effets de l’épidémie.

Source :
solidarites-sante.gouv.fr

Lire aussi : COVID-19, superstar…écolo !