Des températures records cet hiver en Europe

0
78

La France vient d’enregistrer l’hiver le plus doux de son histoire. Un phénomène global qui n’épargne pas le reste de l’Europe. Selon l’Organisation météorologique mondiale, la température mondiale moyenne entre 2015 et 2020 était supérieure d’environ un degré à la température moyenne de la période dite “préindustrielle” (1850-1900).

Différence de température
Différence de température entre 2019 et 1981-2010

Moscou :  Des températures moyennes positives

La capitale russe a enregistré pour la première fois de son histoire une température moyenne positive (0.2°C) en hiver. Du jamais vu à cette période de l’année. Contextualisons cette donnée et intéressons nous aux températures moyennes les années précédentes. Entre 1980 et 2010, la température moyenne à Moscou était de -6.1°C. Avant cette année, l’hiver le plus doux jamais enregistré fut l’hiver 1961, avec une température moyenne de -2.8°C. Conséquence logique de la hausse des températures, la Russie a eu beaucoup moins de neige cet hiver.

Focus sur la France

La France vient d’enregistrer la troisième année la plus chaude de son histoire.
Cette année, le record absolu de chaleur a été atteint fin juin dans l’Hérault avec des températures culminant à 46 °C.

Si en 2019, les températures enregistrées en été sont plus hautes que la norme, c’est aussi le cas pour les températures enregistrées en hiver. D’après le bilan climatique de l’hiver 2019-2020 (Météo France), “la température a été en moyenne plus de 2 °C au-dessus de la normale en décembre et janvier et plus de 3 °C en février avec plusieurs pics de douceur remarquable”. Des pics supérieurs à 25 °C ont par exemple été enregistrés cet hiver dans le Sud-Ouest de la France.

 

Ecart de température moyenne

Le réchauffement climatique en action

La hausse de températures n’est pas totalement inattendue. Cependant, elle risque de favoriser l’apparition de phénomènes extrêmes. L’année 2019 a eu son lot d’incendies dévastateurs en Australie. On enregistre aussi une accélération de la fonte des glaces en Arctique. Fonte des glaces, canicule, hausse du niveau des eaux,la nouvelle décennie s’annonce difficile au niveau climatique.

Et si la COP25 n’a pas su convaincre sur les mesures à adopter , il faudra redoubler d’efforts les prochaines années pour limiter l’accélération et l’impact du réchauffement climatique sur notre planète. Les scientifiques prévoient une nouvelle augmentation de la température globale pour les prochaines années. Tant que nous ne diminuerons pas les émissions de gaz à effet de serre, nous risquons d’être les témoins impuissants d’une augmentation constante et globale des températures pour les décennies à venir.